Bonjour !

Un changement de lieu, un changement de dizaine, un changement de rythme de vie m'ont donnés envie de partager mon expérience, mes tâtonnements, mes savoir faire. Bienvenue à vous qui êtes venus ici partager mon bonheur de femme.

vendredi 23 octobre 2015

Le super outil de jardin !

Mon outil de jardin à tout faire.

Histoire de l'outil :

Mes début au potager m'avaient amenée à utiliser un grand nombre d'outils divers et variés, souvent
chinés sur les brocantes. Comme vous le voyez, j'avais amoncelé une panoplie conséquente.
Bêche, fourche bêche, pelle, râteaux, houes, pioches, croc, arrache betterave, echardonnoir, grattoir...Bref, de quoi couvrir tout un pan de mur de l'abri de jardin !








Par voie de conséquence, j'ai pu différencier la qualité des fers forgés à l'ancienne des pièces en tôle ou fers actuels. J'ai pu également constater l'efficacité de certains contre le côté gadget des autres.
Peu à peu, je remarquais mes préférences, sans négliger le principe d'ergonomie de ne pas se charger inutilement pour parcourir le jardin.
Au fil du temps, je me disais que  le nec plus ultra ce serait de pouvoir pratiquement TOUT faire avec un seul ! 
Est ce possible me direz vous ? et bien OUI ! Enfin presque...il en faut 2


La chose est facilitée par la conception même du jardin vivant à sol couvert.
Plus besoin de motoculteur, la grelinette suffit. Vous connaissez la Grelinette ? c'est le premier.



Cet outil qui sert à décompacter le sol pour l'aérer sans le retourner ? Bon, il ne faut pas la choisir trop grande. La mienne a 4 dents et c'est déjà assez lourd à manœuvrer.

mais pour planter ?.....
Pour arracher les plants ?.......
Pour déraciner ? .......
Pour préparer un trou ? .......
Travailler des endroits peu accessibles ? .......

Alors, je vous livre mon secret : Voici le deuxième....

Et bien j'utilise depuis 2008 un seul outil  pour réaliser tous ces travaux. 
Planter, arracher, déraciner, récolter, faire un trou, trancher etc

POURQUOI ?
Parce que c'est l'outil léger, maniable, peu invasif, qui cisèle sans déstructurer le sol.
Il se faufile partout et sait presque tout faire.
Sa lame d'épée tranche le sol mais sur un petite largeur pour ne pas en faire plus qu'il ne faut.
Son retrait fait de même puisqu'il est aminci . Son excavation, lui évite de s'embourber et préserve le terrain en place qu'il remue à peine. Que l'on soit droitier ou gaucher le pied trouve son appui . Son manche, vous le trouverez partout : c'est un manche standard de pelle.

ET DONC ? le voici !

Un artisan ferronnier local nous le fabrique

A votre portée, le bonheur de votre potager !

Si ce produit vous intéresse, laissez moi votre email sur un message.

( Ce modèle est déposé )

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.

jeudi 22 octobre 2015

VOTRE SANTÉ

La santé est personnelle.


Il est tout à fait étonnant de voir à quel point la plupart d'entre nous avons perdu le contrôle de notre santé.
Il est vrai que depuis l'apparition des consultations du nourrisson chez les pédiatres, l'habitude de se reporter à tierce personne pour gérer les petits bobos est devenu monnaie courante.
Je ris en disant cela, car en effet, cela fait également courir la monnaie hors du porte monnaie...

Pour avoir travaillé en maternité, je me suis rendue compte qu'au fil des générations, ce que l'on appelle l'instinct maternel devenait de plus en plus fragile . Nos jeunes mamans manifestaient un état de stress et d'incompétence interpellant à l'arrivée de leur progéniture.
J'ai même entendu des nombreuses femmes réclamer une naissance à 6 ou 7 mois, ne tolérant plus d'attendre si longtemps pour enfanter, comme si le bébé correspondait d'avantage à une nécessité sociale qu'à un instinct maternel, négligeant les risques importants d'une naissance prématurée.

Au fil du temps, je constate des patients de plus en plus stressés voire paniqués à l'idée même de la maladie. D'autres qui réclament une solution miracle pour se sortir d'un rhume ou d'un problème banal comme si tout à coup la chose revêtait une importance gravissime.

S'il est judicieux d'avoir recours aux médecins, aux spécialistes pour recevoir un diagnostic en cas de maladie avérée, je ne saurais que trop recommander à chacun de reprendre le contrôle de sa santé et de se rapprocher de sa source pour comprendre, d'une part, et prendre un recul salutaire, d'autre part.

Pourquoi dis-je cela ? Qu'est-ce qui me le permet ?
J'exerce la profession de masseur kinésithérapeute depuis 1976. Cette démarche de soins m'a beaucoup apporté. Elle m'a permis de recueillir quantité de témoignages, de suivre des évolutions de toutes pathologies sur parfois de longues années. D'observer l'illogisme apparents de certains événements. En effet, à partir d'une même pathologie, les choix différents des patients pouvaient aller au pire comme au meilleur. Et quand les médecins se mettent à jouer les devins, je reste perplexe tant la vie m'a montré que rien n'est permanent, et que tout est possible dans un sens comme dans l'autre.

Pendant toutes ces années, j'ai pu également m'informer sur diverses pratiques et thérapies. Moi même, si vous avez lu les autres articles de ce blog, j'ai pris rapidement la tangente pour mes problèmes de S A.
Alors évidemment, il y a foison de nouvelles méthodes qui inondent le marché grâce aux salons sur la santé, le bien être, grâce à internet et parce que depuis une centaine d'années, les progrès ont été énormes. La génération des retraités est une manne qu'il s'agit de ne pas lâcher.

Cette génération du papy-boom  cherche à vivre longtemps et en bonne santé : voilà une superbe aubaine pour le commerce ! Le commerce, oui, le commerce...car en principe, les praticiens n'ont pas droit à la pub. Donc, tout ce que vous voyez avec des affiches publicitaires est généré par le commerce.
Cela ne veut pas dire que tout est mauvais, cela veut juste dire que tout est mis en oeuvre pour vous convaincre que cela soit bon ou mauvais, adapté à vous ou pas.
Cela veut aussi dire que pour tout ce qui n'est pas soutenu par la pub, vous passerez à côté de l'information et pourtant c'est peut être là que se trouve votre solution.
Cela veut dire aussi que des grands boulevards de la santé ont été constitués, où presque tout le monde s'engouffre comme des moutons bien dressés.

Je vais donc, ici, vous parler d'une autre approche. Celle qui consiste à se poser certaines questions essentielles.
Pourquoi tombe t'on malade ?
Qu'est-ce que cela veut dire ? Quel sens cela a t'il ? 
Voila les questions qu'il serait souhaitable de se poser avant que de courir chez le médecin, avant de se précipiter sur une quantité de remèdes le plus souvent étouffeurs de symptômes.

Ma position de kinésithérapeute m'a ouvert les portes de la réflexion d'autant plus facilement que le métier en lui même n'est jamais univoque. Je veux dire par là que la panoplie des techniques et des moyens du métier est vaste, à contrario du médecin généraliste, qui peut certes traiter multi pathologies, mais en général avec une seule médecine, de préférence officielle, allopathique,
Celle qu'il a appris à l'école de médecine, de préférence nationale...
Et pourtant, des médecines, il n'y en a pas qu'une, et pas moins officielles. Sauf, que chez nous ;il y en a une qui a la prévalence, celle qui peut être remboursée par la sécurité sociale. D'ailleurs, c'est un super argument qui marche ! Cela crédite à la fois d'un statut indélogeable et marginalise d'autant plus les autres approches considérées, par voie de conséquence, comme douteuses.

Réveillez vous bonnes gens! Il est temps, a fortiori en cette époque inondée de pesticides, de traitements chimiques sur nos terres et nos légumes de penser à prendre soins de nous.
Sachez que dans les stations d'épuration la filtration très au point pour éliminer les bactéries, ne peut gérer les résidus de médicaments à tel point que les poissons présentent quantités de malformations lorsqu'ils survivent.
ça fait peur ,non ?

Personnellement, je n'arrive plus vraiment à faire confiance à ce que me disent les médias, la télé ou les magazines. Pourtant j'y ai cru, naïve que j'étais, à l'époque où je pensais que les gouvernements et autorités ne décidaient QUE pour le meilleur de la population. Du coup, je me dis que la meilleure personne qui peut réellement prendre soin d'elle même, c'est moi.

Voici une piste de stratégie :

Dès que vous ressentez un problème de santé, un coup de froid, une douleur, un faux mouvement : collectez les infos en vous mêmes : Posez vous la question : Quel sens cela a t'il ? A quel moment ce symptôme m'est arrivé? quelles pensées avais-je à cet instant ? Que me dit ma source ?
Admettez que cela soit une réalité
Investiguez autour de vous et en vous pour comprendre ce qui a pu être déclencheur.
Soyez honnêtes avec vous même, soyez patient.
Vous serez étonné d'entendre votre petite voix intérieure vous signifier des indices comme des bulles d'air qui remonteraient à la surface. Ce sont des pistes.
Les maladies n'arrivent pas par hasard. Elles ont un sens, mais ce langage ne nous est pas familier. Il nous est d'autant moins familier que nous avons perdu l'habitude de méditer, d'être bien, d'observer, de prendre du temps pour nous. Et ce langage, ce symptôme, il n'est pas bon de l'étouffer.

J'ai pu constater au cours de ma carrière que chez les entrepreneurs stressés l'infarctus arrivait fréquemment et facilement comme si le corps disait "STOP ! tu m'embarques dans un rythme effréné que je ne supporte pas". Et ces patients ne l'étaient vraiment pas dans leur lit, car leur mental ne voulait pas s’arrêter. Moins ils étaient compliants et moins vite ils se remettaient.

Faites vous confiance puis, comme vous n'avez pas la science infuse, prenez plusieurs avis, mettez en route votre esprit critique, collectez des infos auprès d'autres pour mieux choisir la voie de votre guérison. Mais ne négligez pas la cause profonde qui vous a amené la maladie. Respectez vous et refusez tout ce qui encourage votre mal être. Identifiez les situations, les personnes, les contextes qui vous mettent à mal et peu à peu vous entrerez dans une lucidité bienfaisante.
Souvent, au cours des soins que je prodigue, je partage avec mes patients ces indices et je suis émerveillée de la lumière qui jaillit. De cet éclairage soudain, peut naître une nouvelle attention, une nouvelle attitude qui évite la plus souvent les récidives.
Quand on connait les causes, il est beaucoup plus facile d'éviter les conséquences.

Je pourrais encore discourir longtemps sur ce sujet qui pour moi constitue un fondamental de ma mission . En effet, mon objectif est d'aider les autres. Je le faisais sans en réaliser la dimension "projet de vie" sans doute parce que je n'étais pas encore arrivée a cette question : quel sens donner à ma vie. Je me rends compte à quel point les jeunes générations sont en avance et je me réjouis de leur ouverture qui leur permettra d'avancer de façon bien plus éclairée sur le chemin de la vie.
J'ai perdu beaucoup de temps par ignorance et parce que je demandais secours ou aide autour de moi au lieu de faire mes recherches moi-même. Et là, vous voyez que cela rejoint le comportement habituel des gens à propos de leur santé.

En conclusion :
je vous encourage vraiment à vous recentrer sur vous même et à développer votre enrichissement des connaissances hors des sentiers battus.
Bonne route à vous tous.

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.

lundi 31 août 2015

Le dos des écoliers !

Le cartable à bon dos !


J'écoutais une radio qui abordait l'arrivée de la technologie à l’école.
Evidemment, dans ce  21éme siècle de la communication où l'informatique inonde tout, je ne suis pas étonnée que l'on parle de cahier interactif et de cartable électronique.
Cependant, si la déception du chroniqueur qui reconnaissait les imperfections de ces matériels encore prototypes, est compréhensible, je ne peux que m'insurger sur sa petite phrase de conclusion.

Et d'affirmer que les dos des écoliers auraient encore tout le temps de se voir abîmés avec le port des cartables.

Alors, ne nous laissons pas embarquer par de tels propos et ouvrons les yeux. Si nos écoliers peinent à transporter leurs kilos de livres, c'est tout simplement qu'ils ne sont pas entraînés à l'effort. 
La musculature de l'individu, ça se travaille, notamment au moment de la croissance. Mais cela fait belle lurette que nos chers petits vont à l'école en voiture et ne tondent plus la pelouse.

Trois générations en arrière, et l'on trouve des jeunes qui se bougent, aident aux travaux familiaux et ne restent pas scotchés à leur console de jeu.
Tout est là. 
Conséquence, c'est aussi que bon nombre de 18/25 ans lâchent physiquement dès leur premier emploi à tels points que certains se retrouvent reconnus handicapés en début de carrière.

Alors, ce n'est pas que les cartables soient trop lourds, c'est que nos petits ne sont pas assez forts.Et ce ne sont pas les 2 heures de gym par semaine qui suffiront. Même avec quelques activités parascolaires, on est loin du compte...
NOUS en sommes responsables , comme le poids psychologique que nous leur faisons porter avec ce marasme et ce mécontentement permanent qui ne leur laisse que peu d'espoir de bonheur.

Nous pouvons être acteurs de nos vies et de notre environnement mais pour cela, il faut regarder les choses de nos propres yeux et non pas en gobant ce que les médias veulent nous faire avaler, ni en suivant comme des moutons de Panurge le chemin que les autorités s'emploient à nous faire prendre.
Et eux tous, s'y emploient 24h/24h !

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.

dimanche 30 août 2015

Qui ne s'inquiète pas pour son avenir financier ?

Ne pas faire l'autruche !


Cela fait déjà 2 ans que je constate une dégradation de mon pouvoir d'achat et aujourd'hui j'ai reçu ma feuille d'imposition.
Et oui, ils ont augmentés eux aussi...
Alors, on nous parle de dette, on nous dit pas de croissance, mais cela n'est pas grave! tout va bien bonnes gens!
Mais comme je ne me contente pas des paroles en l'air, j'ai voulu en savoir plus.
Pas facile, me direz vous, de dégoter le professionnel intègre et hors du circuit classique des conseillers financiers de nos chères banques.Car, si vous ne le savez pas encore, les conseillers promus dans les banques ont très peu de bagages économiques ou comptables.Ils sont surtout des vendeurs de produits que leurs chefs leur imposent. Inutile de dire que cela ne va pas forcément avec VOTRE intérêt.

C'est sur, on peut se voiler la face, et se dire cela va s'arranger, bah, c'est passager, la crise est derrière nous...oui, oui, on peut se dire cela...mais cela n'arrangera pas la gestion budgétaire familiale. Non, je vous l'assure, il ne faut plus laisser aux autres le pouvoir de gérer nos finances, il faut les prendre en mains et pour cela, il faut d'abord s'instruire, augmenter ses connaissances et prendre les dispositions qui s'imposent pendant qu'il en est juste temps.

Perso, cela fait deux ans que je suis sur le pont avec ce sujet. Et je ne regrette pas de m'être inscrite à la formation de jean Luc. Il m'a ouvert les yeux, m'a expliqué comment fonctionnait le système et j'ai pris des options qui me permettent de me sentir d'avantage à l'abri des tumultes à venir.

Qui est jean Luc ? un homme expérimenté et humaniste qui travaille au bonheur de l'homme.

Je vous laisse découvrir son exposé sur l'histoire de la monnaie qui devrait, comme moi vous passionner et vous faire comprendre ce que l'on vous a toujours caché....

<a href="http://videos.investisseurpro.com/video-1/?ap_id=sesame03" target="blank" >L'Histoire de la Monnaie</a>

Je vous souhaite un très bon enrichissement.
Si le lien n'est pas actif, copiez le dans votre navigateur.

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.


samedi 13 juin 2015

Le Musée du végétal

11 hectares de jardin.

Mon intérêt pour le végétal a suffi pour me décider à envisager une escapade à 


Ce parc situé dans la banlieue d’Angers a ouvert ses portes en 2010 après 2 ans de travaux.
Une partie du terrain était occupée, en partie, par un aérodrome qu’il a fallu démanteler.
L’ensemble du parc s’est constitué par portions successives. Ce projet a demandé des années de réflexions (depuis 2004) qui font reconnaître aux connaisseurs qu’il a été bien pensé. Malgré une gestion a priori lamentable, le conseil général reste confiant et a nommé un nouveau directeur : Denis Griffon pour relancer l’intérêt des visiteurs.


Personnellement, je n’imaginais pas que ce merveilleux jardin puisse manquer de passage. L’intérêt pour la nature, l’écologie, le bio me faisait penser que cette approche inondait le territoire. Il faut croire que cela n’est pas aussi évident sur l’ouest du pays. 

Evidemment, ce n’est pas un parc de jeux même si le côté ludique s’y développe avec la recherche de l’ambre dans la rivière de sable  ou les circuits en coquille de noix dans la cime des arbres. 





Des spectacles en 4D offrent aussi un divertissement qui n’a rien de trop scientifique. Malgré tout pas de quoi fasciner les enfants. Au début, je me suis même interrogée car les plantes en pot de l'entrée me faisaient d'avantage penser à une jardinerie plutôt qu'un vrai jardin.


Cependant, très vite,le visiteur comprend tout l'intérêt de ce parc qui a déployé sans aucun doute une stratégie élaborée et surement coûteuse pour amener des arbres des 4 coins de la planète dans des pots gigantesques et implanter une foultitude de végétaux représentatifs des régions du monde .

On pénètre dans des serres immenses :

Ici zone humide.....


 Puis zone sèche......




Enfin une zone glacée....avec son grand mur de glace




Et tropicale.....





Le jardin est organisé autour de plusieurs "mondes" et bien sur on y trouve le coin du potagiste avec son immense hôtel à insectes :
 et ses cultures de saison ;





L’essentiel est concentré dans la collection remarquable des espèces végétales de tous les continents, de tous les climats. Tout est harmonieusement regroupé, organisé, orchestré et commenté aussi bien en extérieur qu’à l’intérieur des serres gigantesques, chaudes, froides, humides ou tempérées.
On peut passer ici du cactus à la plante d’eau et se ravir des floraisons extraordinaires selon les saisons et se réjouir de reconnaître une plante puis en d’en découvrir une autre complètement inconnue.








Voici un tulipier en fleur :



L'agencement du parc permet de découvrir différent modes de culture : dans l'eau une rizière produit son riz. La récolte est prévue pour septembre:
Partout les plans d'eau sont couverts de plantes aquatiques :

L'art du topiaire nous est présenté ici :
La culture hors sol :
 La culture sur mur :


Tout est parfaitement entretenu. Le personnel jeune est disponible pour apporter les informations au détour du parcours.
Voici le coin des plantes carnivores....

Bref chacun trouvera ici de quoi être enchanté.




D'autant que la ballade est agrémentée d'un circuit en gabare , histoire d'être mieux immergés dans cette végétation luxuriante :





Bref un beau voyage sans doute pas tout à fait écologique ou permaculturel mais dans la tradition du musée vivant  au même titre que les musées océanographiques. On y passe un journée sans difficulté.